Les transports et flux automobile en Guadeloupe

La Guadeloupe est embouteillée en permanence depuis quelques années dans une situation moindre que sur les iles de la Réunion mais on s’en approche dangereusement. La Martinique est très perturbée avec des flux automobile sans cesse en augmentation.
Les pouvoirs politiques ont essayé d’assainir, de construire des lignes de transport en commun, de gérer ses flux en mettant en place des ronds points à grand coup d’euros (Feder) mais rien n’y fait c’est encore pire.
Plusieurs raisons sans doute, bien évidemment la taille de l’île et des routes ne pouvant pas moduler le flux, 2 voies n’est pas suffisant pour le nombre de véhicules de l’île. Des déviations sont prévues depuis des dizaines d’années mais rien ne se passe et aucun moyen de transport fluide n’existe sur l’île.

Sur le Nord Basse-Terre par exemple le matin de 7 h00 à 9h00 il faut pratiquement 1h30 à 2h pour faire 40 kilomètres et rejoindre le centre économique guadeloupéen de Jarry (Baie-Mahault). Idem sur la Grande-Terre , les villes de Saint-François, Sainte-Anne, le Gosier sont totalement enclavées avec des petites routes 2 voies pour arriver au poumon économique de l’île. De grands travaux devraient être mis en place, mais aucun politique n’en parle.

L’autre raison de ces flux de voitures en Guadeloupe est l’attachement des guadeloupéens et guadeloupéennes à leur voiture. Le département était il y a une dizaine d’années le premier consommateur de BMW alors que le taux de chômage atteint les 26%. La voiture est socialement une raison d’exister, les guadeloupéens dépensent 55% de plus pour leur véhicule que la France métropolitaine. Des petites startup locales ont essayé de lancer des services de co-voiturage ou comme des loueurs de voiture comme laperlerentacar.com en Martinique, ça ne prend pas pour la simple raison que la voiture est encore trop présente dans le cœur des habitants de l’île.

Alors que faire?

Des projets ont été étudiés en passant par des navettes maritimes, mais compliqués, et en période cyclonique peu sûr.
Ces problèmes récurrents, tout le monde en pâtissent, les guadeloupéens mais aussi les touristes. Peu de voitures de location dans les agences, pas suffisamment lors de la haute saison, le stop ne marche pas pour les longs trajets, vous avez grandement le temps de prendre un coup de soleil.
Les Bus, et Car peuvent être plus nombreux avec des plages horaires plus étendues en haute saison ou … mettre les projets prévus de déviation, d’élargissement des voies enfin en branle.
Mais la c’est bientôt les élections régionales, peut être y aura t il des promesses 😉

Source : voitures guadeloupe